Syndrome du nid complet : lorsque les enfants adultes ne quittent pas la maison de leurs parents

Nous avons assisté à un phénomène croissant dans la société contemporaine que l’on appelle « l’adolescence prolongée », caractérisée par le fait que le jeune reste dans la maison de ses parents, refuse d’assumer ses responsabilités et est indépendant de sa famille. C’est un moment qui est au-delà du développement de la maturation organique de l’être humain.

Ainsi, le constat selon lequel les changements dans le cycle de vie familial en relation avec la « nid vide » la coexistence prolongée entre parents et enfants s’en trouve transformée. Ainsi, le terme « nid plein » apparaît en opposition à l’expérience des jeunes quittant le domicile de leurs parents « nid vide », terme utilisé par Carter et McGoldrick (1995).

J’ai un fils, le plus jeune de 31 ans qui ne veut rien. Contrairement à ses frères, il veut continuer à vivre dans notre maison, gagner un peu d’argent grâce à de petits services à dépenser dans les boîtes de nuit. À son âge, j’étais père et travaillais dur, maintenant j’ai 65 ans et je pense qu’il est temps pour moi d’essayer d’économiser des ressources pour la prochaine phase de ma vie et celle de ma femme. Je ne sais pas quoi faire. Je n’ai pas le courage d’expulser le fils, ma femme aussi est bouleversée par cette situation. Témoignage d’un parent insatisfait de la dépendance de son enfant.

En raison de ces phénomènes, pour de nombreux couples d’âge moyen, même avec une relation conjugale solide, il devient plus difficile de maintenir vivant leur espace intime, ce qui peut déclencher une crise, avec des symptômes de dépression ou de détérioration de la relation.

nestcheio.jpg

Certains facteurs sont pointés par Henriques (2003) comme responsables de cette adolescence tardive et de la cohabitation prolongée entre parents et enfants :

  • l’ambivalence des parents face au départ de leurs enfants ;
  • des choix professionnels de plus en plus difficiles en raison de la rareté des opportunités sur le marché du travail ;
  • l’autorisation d’avoir des relations sexuelles au domicile des parents ;
  • le confort et le niveau de vie dont jouit la vie de famille ;
  • report du mariage;
  • des attentes et des exigences moindres dans les relations affectives
  • difficulté à séparer parents et enfants.

En ce sens, il faut observer la parcelle familiale dans laquelle chaque membre a sa part de responsabilité. Il faut donc revoir les attitudes qui entretiennent la situation. Dans certains cas, une intervention professionnelle dans la famille est nécessaire.