Pourquoi les troubles sexuels sont-ils difficiles à résoudre ?

Les informations de plus en plus informelles et nombreuses sur le sexe, qui nous parviennent par la presse, la radio, la télévision et le cinéma, ont désormais atteint des niveaux tels qu’ils dépassent parfois le seuil de saturation.

Cette explosion d’informations sur les sujets sexuels semble, paradoxalement, contraster, particulièrement dans notre pays, avec une désinformation généraliséequi est souvent associée à une réticence à parler publiquement de ce qui est considéré comme sa propre expérience privée, très personnelle, à défendre contre les indiscrétions des autres ou, dans certains cas, lorsqu’elle est exhibée, à être manipulée pour la rendre plus socialement accessible en référence à certaines normes. idéaux que réels. (P. Zucconi2011, Le manuel pratique du bien-être, Ipertesto éditeur Vérone, p. 309).

Le système d’information global (Internet est aujourd’hui la principale source de recherche), les attitudes et les croyances personnelles à l’égard du sexe affectent précisément les troubles sexuels pour lesquels, paradoxalement, le ccomportement sexuel perturbéaussi inadaptés qu’ils soient, surtout parmi les jeunes générations, ils semblent augmentant progressivement dans les deux sexes.

C’est une constatation courante dans la pratique clinique de ceux qui traitent des problèmes sexuels que souvent les objectifs thérapeutiques convenus avec le patient ne sont pas atteints. Parfois, ils sont également atteints, mais partiellement et avec un nombre de séances plus important que prévu. Celui qui en paie les frais est toujours le patient qui passe souvent d’un thérapeute à l’autre dans l’espoir de résoudre complètement son dysfonctionnement et de pouvoir se livrer agréablement à des pratiques sexuelles pour une sexualité heureuse du couple.

Pour comprendre ce qui s’est réellement passé dans la solution définitive de ses problèmes sexuels au cours des parcours de soins avec différents thérapeutes, un Questionnaire anonyme environ 30 questions. L’objectif final est de pouvoir améliorer de manière décisive la qualité des interventions professionnelles sur les troubles de la sexualité, causes de l’insatisfaction des patients.

Le Questionnaire fait référence à une thèse de doctorat à l’Université de Vienne : le traitement des données collectées, grâce à la volonté des patients italiens de présenter anonymement leurs difficultés, sera utilisé exclusivement à des fins d’étude-recherche et les résultats seront publics. Le questionnaire doit être rempli exclusivement par des personnes qui ont référé (au moins une fois) à un thérapeute italien se plaignant d’un problème de sexualité.