Written by famille

Perdre Du Poids Doit Être La Dernière Priorité D’Une Mère

36-24-36 ! Cela ne vous fait-il pas penser à un corps de mannequin en verre d’une heure ? Et si je vous disais qu’il s’agit du corps d’une maman ? Cela semble incroyable, n’est-ce pas ? Eh bien, il est difficile d’imaginer une femme ronde avec une telle silhouette, je suppose.

Mais il y a quelque chose dans le corps maigre que les machistes croient implicitement ne pas pouvoir s’appliquer à une mère. Je ne peux pas imaginer qu’une mère qui vient d’accoucher puisse afficher de telles statistiques, surtout quelques jours après l’accouchement. Cela peut prendre des semaines, quelques mois ou une année. Pour les femmes dont le corps se dilate ou se contracte de lui-même, l’arrivée d’un bébé ne modifiera peut-être pas beaucoup leur silhouette. Elles se débarrasseront des kilos superflus en un rien de temps, comme elles l’ont fait auparavant, en appuyant sur un bouton. Mais beaucoup d’autres ont des problèmes avec leur corps, qui semble réticent à revenir à ce qu’il était avant l’arrivée du bébé.

Avec mon fils qui a presque un an, je jure que je peux modestement enfiler ces tenues de maternité, qui ne sont pas encore trop grandes pour moi, et me promener. Non pas que je veuille cacher le ventre tombant qu’une tenue bien ajustée accentuerait, comme la lettre B si vous me voyiez latéralement, mais la facilité à me porter est incroyable. Je m’occupe de plusieurs affaires à la maison et au travail, et je m’occupe de mon bébé. Sans cette habileté, je pourrais encore porter une tenue moulante et exhiber mes courbes ou porter des coupes transparentes et exhiber mon ventre orné de vergetures. Et les robes de soirée – awww – ces couturières n’ont d’yeux que pour les femmes qui ne sont pas encore mamans ou qui vont au bal de fin d’année. Je pourrais les payer très cher pour qu’elles me fassent une robe à ma taille si je décidais de me présenter à la prochaine soirée.

Jusqu’à présent, tout va bien ; cela ressemble à une image corporelle positive de soi. Mais ne pensez-vous pas que les gens devraient être moins curieux et vous laisser tranquille ? Ne me dites pas que vous n’avez jamais entendu vos visiteurs vous dire : « Vous avez l’air bien grand maintenant ! ». Ou que vous n’avez jamais croisé un visage familier au marché qui vous a dit sans ambages : « Ça alors ! Je ne vous avais pas reconnue depuis un moment. Vous avez l’air d’une mère de trois enfants » (alors que vous n’avez eu qu’un bébé récemment), ou vous entendez des collègues de travail vous dire : « Regarde-toi, tu viens d’avoir un bébé et on dirait que l’autre est en route. Corrigez-moi si je me trompe ». Je préfère ne pas perdre de temps à vous corriger, mais faire attention à l’alimentation de mon bébé et à ses besoins.

J’aimerais qu’il y ait un critère pour normaliser le corps d’une mère, mais malheureusement il n’existe pas. D’une part, c’est l’affection maternelle qui compte plus que la volupté. D’ailleurs, la volupté et l’image de la mère ne vont pas de pair, n’est-ce pas ? À moins que vous ne souhaitiez élever un fils qui fulmine : « Hé, vous savez quoi, j’ai une mère voluptueuse et elle est géniale ! Le dégoût de la divinité.

Alors que mon fils se fiche de savoir si j’ai une silhouette à la Marilyn Monroe, et que mon mari se fiche de savoir si je suis attirante pour quelqu’un d’autre, il n’y a, en effet, aucune raison de prendre au sérieux les plaisanteries sur mon corps. Si une description de 34-26-34 correspondait au type de corps d’une mère, personne n’en parlerait, honnêtement ! D’une certaine manière, ces statistiques acquièrent une stature plus vénérable. C’est le corps avec lequel ma famille aime se sentir à l’aise. C’est avec lui qu’ils aiment dîner, parler, sortir. C’est ce même moi qu’ils aiment présenter à leurs pairs et à leurs amis.

Ma définition personnelle de mon corps s’est révélée être quelque chose comme des courbes, robuste, solide, sain, bien construit, charmant, dynamique, dominateur et magnifique. Et je préfère cela à un type maigre, mal nourri, osseux, zombie affamé, voluptueux, sulfureux, crépusculaire, svelte et félin, tel qu’il est décrit dans les médias.

Une dernière remarque : C’est à vous de décider lequel des deux l’emporte haut la main, mais je ne suis pas pressée de perdre mon poids de bébé. Si j’y parviens, je me félicite d’une normalité plus précoce, établie par la société. Si je ne le fais pas, je trouverai toujours que mon corps vaut la peine d’être vécu.

Cet article a-t-il été utile ?

thumbsupthumbsdown
(Visited 1 times, 1 visits today)

Last modified:

Close