Barrières sociales, psychologiques et culturelles

Ce titre n’est pas le mien, disons qu’il m’a été confié et que je l’ai partagé. Peu de temps après, j’ai pensé que je ne voulais pas produire de relation, mais qu’il fallait que je dessine moi-même un schéma, une carte du dynamique complexe des enfants, des hommes, des femmes d’une certaine manière et pour une raison différente qui se retrouvent à vivre dans le contexte paradigmatique des soi-disant normaux.

On peut dessiner une pyramide au sommet de laquelle on trouve le barrières culturelles, puis sociales (presque toutes les causes et effets de la première). Leurs effets produisent les barrières psychologiques qui sont alors à la base de dommages psychologiques sur les individus en difficulté, ajoutent des problèmes aux problèmes, créant des tableaux cliniques lourds et pesants tant pour le sujet que pour l’ensemble de la société, qui devra supporter des coûts beaucoup plus élevés. que de la simple prévention.

Pourquoi – pour citer un exemple – la marginalisation, le chômage, la solitude font baisser le niveau d’estime de soi: il se produit donc une crise d’identité qui développe la passivité, la maussade. Le sujet est plus exposé à contracter toute autre maladie car le cadre immunitaire est épuisé; cela se produit au niveau clinique, alors qu’au niveau comportemental le sujet ne se manifeste pas, délègue, ne construit pas, s’aggrave.

Elle ne produit pas de travail, mais coûte (en drogue, en assistance), elle régresse, culpabilise involontairement les autres et implique la cellule familiale ; ils sont produits comme ça barrières psychologiques en chaîne.

Par exemple, une recherche met en évidence la non-utilisation du temps libre. Un autre met l’accent sur la forte exposition aux accidents et pas seulement au travail.

Les barrières culturelles sont au sommet d’une pyramide qui englobe les concepts de préjudicede banal et de stéréotype. Les concepts sont des réalités, ils permettent de comprendre d’où ils partent, comment ils se transforment et jusqu’où ces diviseurs mentaux se manifestent. Ce sont de véritables barricades idéologiques qui ont ralenti et rendu difficile la voie du progrès pour ceux qui avaient identifié le centre névralgique de la style= »display:none; » class= »path » ologie – et surtout de la douleur – dans le rapport social. de qui est qualifié, même si d’une manière différente. Aujourd’hui les oppositions flagrantes ont disparu mais les rampantes sont restées.

Aujourd’hui, dans la société de l’image et de la consommation où le culte du corps a investi l’imaginaire collectif d’un modèle d’être humain type, beau et riche, auquel chacun doit se conformer pour être accepté, la diversifiable que vous ne pouvez pas vous y conformer ou que vous le plaignez ou que vous le cachez. Le vrai drame est le fantôme que cette condition génère dans l’expérience et dans l’esprit de ceux qui ne sont pas handicapés.

Le stéréotype et les préjugés génèrent dans l’inconscient le rejet et l’opposition envers ceux qui représentent le miroir des peurs des personnes saines.

Gemma Andreoli résume ainsi les images négatif et fantasmagorique que les gens ont de ces personnes :

  • inexistant;
  • enfant éternel;
  • l’autre sans potentiel ;
  • handicap physique / handicap mental ;
  • passivité ou hyperactivité.

Préjudice Et stéréotype frapper sans pitié le développement de la recherche et les résultats de la science en diffusant :

  • informations;
  • éducation;
  • relation.

Défectueux, inadapté par rapport à la modernité, mais surtout aux besoins du handicap. Il s’est permis d’atteindre des objectifs et des succès dans d’autres pays culturellement plus avancés et, parlant de manière inappropriée de la communication.

Communiquerdu latin « rendre commun », ne s’adresse pas seulement à la parole, mais aussi aux choses, aux pensées et aux gestes.

Il n’y avait pas de lois, de réglementations, de réformes ou de technologies, mais un processus de transformation culturelle et mentale de la plupart. Là résistance au changement ça peut être là réponse à un symptôme anxieux et phobique, mais il peut aussi être la défense d’intérêts économiques et personnels presque toujours de petites communautés étroites. A l’inverse, les grandes collectivités ou les grandes entreprises ont plus de propension à accueillir car elles sont fondamentalement plus pratiques.

Les obstacles doivent être soulignés présent dans la culture, dans les lieux de ce – parfait pour la promotion sociale et favoriser la relation. Ces espaces dans leur représentation, le plus souvent du passé, donnent une sensation précise de soi, aidant à la vision du futur.

À encore aujourd’hui il n’y a pas de guides spécialisés, il n’y a pas de techniciens de support pour la langue et l’audio. Le recours, par exemple, à la langue des signes, aux communications améliorées et alternatives et à tout autre moyen de communication supplémentaire n’est pas possible partout. En ce sens, la Société Internationale de Communication Augmentative et Alternative a joué un rôle fondamental, qui est devenue en janvier 2006 un organe consultatif spécial aux Nations Unies, ce qui signifie non seulement les langues parlées, mais aussi les gestes jusqu’à la construction d’un système éducatif. relation. , pour tout le monde.

UN un autre environnement d’importance fondamentale est l’école. où, malheureusement, un cadre conceptuel de référence pour le développement de l’éducation et de la formation fait totalement défaut. Encore plus lointaine est la présence d’une politique scolaire qui a une perspective internationale – à l’exception d’initiatives sporadiques.

Le secteur de la culture trouve son propre « moment de gloire« grâce aux femmes : à titre d’exemple, nous rapportons quelques femmes palestiniennes, qui malgré leur état, sont partis de leurs terres en février 2017. Tout cela pour montrer que, le vouloirla surmonter les barrières architecturales est possible.

C’est possible dans les lieux d’intérêt culturel et au-delà : c’est possible dans le monde – un monde compris comme vaste arène culturelle.

Les barrières sociales impliquent également les concepts de économie et financede Économie politique, financier et administratif.

L’importance fondamentale est couverte par la la pauvreté etappauvrissement.

Selon les données mondiales les plus récentes de 2017 (rapport EURISPES), nous constatons que la perte d’emploi représente 76,7 % de l’ensemble de la population. Compte tenu du faible nombre de travailleurs handicapés en emploi – 1 sur 2 est employé – et combien d’entre eux sont facilement susceptibles de perdre leur emploi, l’indice de pauvreté affectant cette catégorie ne peut être que très élevé. L’ISTAT rapporte qu’une unité familiale avec plus d’une personne handicapée doit être définie comme pauvre ou en voie d’appauvrissement.

Nous considérons que les handicapés qui sont pourtant relégués à activités minimales

A) ils viennent d’un la discrimination a commencé à un stade précocecomme des enfants détournés vers des réseaux éducatifs marginalisés ;

B) beaucoup d’entre eux sont peur de chercher du travail Et ils ne reçoivent pas de la famille aide adéquate.

Tous ces désagréments partent progressivement d’une augmentation de 15 % et atteignent 40 % ou plus à la retraite. Rien ne prouve que ces chiffres se soient améliorés au cours de la dernière décennie.

Autres barrières sociales actuellement à l’avant-garde des études et des tentatives d’intervention sont :

  • la relation intersubjective;
  • le droit à l’affectivité et à la sexualité ;
  • le droit fondamental à la vie privée ;
  • meilleure intégration dans les activités sportives.

D’un récent sondage, il ressort que plus de 90% des personnes interrogées considèrent qu’il est normal qu’une personne handicapée éprouve des sensations érotiques et la moitié n’exclut pas une implication affective avec une personne handicapée motrice ou sensorielle.

Ici, surtout, le préjugé évoque Albert Camus : « l’absurde vient de la confrontation entre la question de l’homme et le silence déraisonnable du monde ».

Le diagnostic comme barrière

Se conformer aux orientations normatives et de valeurs de la société signifie reproduire les structures sociales qui causent l’exclusion et s’éloigner de la thèse de base selon laquelle le handicap doit être compris comme un rapport social.

Exigez un « diagnostic bien fait« une différenciation précise est importante.

Le diagnostic confère de la crédibilité peut servir à recevoir un soutien médical / éducatif efficace et une protection en vertu des lois anti-discrimination, est un puissant outil de reconnaissance sociale et représente le lien de causalité entre le désavantage biomédical et le désavantage social.

Il est impératif qu’il soit bien structuré pour les personnes handicapées invisibles trop souvent oubliées.

Selon un psychologue bien connu, le handicap, s’il est vécu selon les principes dits et répétés d’intégration, d’inclusion de « tragédie personnelle » peut devenir « une deuxième naissance« .

En gros, je me souviens de ce que le pape François a dit :

« tu peux avoir des défauts, être anxieux et parfois vivre irrité, mais n’oublie pas que ta vie est la plus grande entreprise du monde, toi seul peut l’empêcher de décliner… être heureux, c’est trouver de l’espoir dans les batailles, la sécurité sur la scène de la peur, l’amour dans les désaccords… »